Ryoko Owari est en proie au chaos et aux flammes. L’affrontement ouvert entre les familles Bayushi et Shosuro culmine avec le duel entre Bayushi Korechika et Shosuro Jocho, poussant les Magistrats d’Emeraude à prendre partie pour limiter le massacre. Les Magistrats abattent trois Gardes Tonnerre, permettant à Korechika de survivre aux assauts de Jocho, et emmènent en urgence le blessé en sa demeure. Avec ce combat, les choses sont allées trop loin et le statu quo complexe autrefois entretenu par le Magistrat Ashidaka Naritoki vole en éclats. Les grandes familles qui contrôlent la cité s’entre-déchirent comme le souhaitait Insaisissable dont il est difficile de ne pas voir la main derrière la succession d’incidents et de provocations ayant conduit à l’explosion.

Bayushi Korechika

Réfugiés dans la propriété de Bayushi Korechika, les Magistrats comprennent rapidement que la situation est grave. Forte du gouvernorat de la ville, garante officielle de sa sécurité, la famille Shosuro pousse son avantage, rassemble ses hommes et assiège la demeure de Korechika. L’équilibre subtil des forces jusqu’ici engluées par la corruption cède la place à un assaut en règle ayant pour objectif la destruction de la famille Bayushi et la fin de toute concurrence organisée. C’est le moment où jamais pour Shosuro Hyobu et Shosuro Jocho de devenir les maîtres incontestés de Ryoko Owari et de son opium. Les Gardes Tonnerre se mettent en place, balistes et scorpions encerclent le domaine Bayushi qui n’est pas de taille face à cet assaut : une vingtaine de bushi, autant de serviteurs et la fureur de Bayushi Takeshi ne pourront rien face au dispositif déployé par Shosuro Jocho. Seuls les Magistrats peuvent envisager de changer la donne. Désorganisées et paniquées, les forces Bayushi s’agitent futilement et les Magistrats peinent à structurer la défense. Un émissaire des Shosuro engage alors des pourparlers et présente les options dont disposent les Bayushi et les Magistrats, considérés comme complices et criminels. Le méprisable Shosuro Osho n’a que la mort à offrir, honorable en accordant la possibilité à tous d’un seppuku ou infâme, par pendaison après la prise du domaine Bayushi qui ne fait aucun doute. Les arguments des Magistrats quant à l’intérêt supérieure de la vie de la cité et de l’Empereur échouent à convaincre l’émissaire et la famille de Daidoji Kame est personnellement menacée. Quelle que soit l’issue de cet affrontement, si le bushi de la Grue venait à survivre, le sang d’Osho lui appartient. A la réflexion, c’est la tête de Shosuro Jocho qui tombera.

La guerre civile de Ryoko Owari

Éconduit, Shosuro Osho promet une défaite imminente à Bayushi Takeshi et aux Magistrats qui font requérir des renforts à Otosan Uchi et Kyuden Bayushi. Manœuvre désespérée s’il en est quand cent guerriers Shosuro et la terrible Escouade Éclair appuyés par des machines de siège resserrent leur étau. De nombreuses options sont envisagées, sabotage, pièges, aide extérieure et autres manigances. Puis la tête de Bayushi Otado est projetée dans l’enceinte de la résidence et la mise à mort est ordonnée. Yoritomo Tekkan prend en main les forces Bayushi car même Takeshi est dépassé. Le bélier Shosuro détruit la porte principale, les Gardes Tonnerre envahissent la propriété, les serviteurs Bayushi sont massacrés. Kuni Doko convoque les forces célestes et parvient à endommager d’un éclair les armes de siège qui ravagent le palais. Mais les flèches pleuvent, les ennemis se répandent en une marée sanglante et Shosuro Jocho paraît en personne conduisant à cheval l’assaut final.

Shosuro Jocho

Soudain, la cloche d’alarme du palais Shosuro retentit. Fragilisée par les forces investies dans la bataille, sans doute victime de l’excès de confiance et de la fébrilité de Jocho, sa propriété est à son tour attaquée. Un retournement improbable de situation s’opère et les Shosuro abandonnent le combat pour protéger leur domaine dont il apparaît qu’il a été ravi à son maître par nul autre qu’Insaisissable en personne.

Ide Baranato

Pendant ce temps, Bayushi Korechika s’apprête à rejoindre ses ancêtres et révèle enfin ce qu’il sait de la situation à Ryoko Owari. Le Magistrat corrompu Ashidaka Naritoki a été tué par l’eta Rauque grâce au soutien d’Ide Baranato dont la famille a été détruite par l’opium et qui tient les cartels en horreur. Un pan important de la mission des Magistrats trouve enfin une réponse mais il semble hasardeux de pouvoir rendre justice compte tenu de la guerre civile qui frappe Ryoko Owari.

Le palais Shosuro est tombé aux mains d’Insaisissable qui retient la discrète Shosuro Kimi, fille de Hyobu, sœur de Jocho, promise à Ide Mishikane avant que l’opium ne le tue. La présence en ville aussi ouverte et brutale d’Insaisissable nourrit les spéculations les plus folles, au point que Shosuro Kimi soit même soupçonnée d’avoir tout organisé. Sa relation à Mishikane, son caractère inoffensif éveillent les soupçons en ce temps de paranoïa. La famille Shosuro assiège son propre palais et affirme simultanément sa mainmise sur la ville, le couvre-feu est décrété.

Au petit matin, les Magistrats, fugitifs, rampent dans les ombres d’une cité qui les veut morts et gagnent péniblement le quartier des eta afin de confronter Rauque et lui faire avouer son forfait. Ce qu’il fait, expliquant son geste par la loi inique qu’Ashidaka Naritoki imposait à la cité, à sa cruauté et sa faiblesse morale. Ces arguments peuvent être entendus. Néanmoins un Magistrat d’Emeraude à été tué par un membre du non-peuple. Un débat agite les Magistrats. Rauque doit-il être puni pour son crime sachant qu’Ide Baranato est évidemment le commanditaire et la main qui guida le meurtre de Naritoki ? Moto Tetsukhan et Yoritomo Tekkan estiment que Rauque n’est qu’un pion, presque une victime aux motivations finalement compréhensibles, et craignent que sa punition marque la fin des investigations contre le réel coupable, Baranato. Kuni Doko et Daidoji Kame pensent, quant à eux, que Rauquereste un assassin, quel que soit le contexte. Il a tué un représentant de l’Empereur, pour corrompu qu’il fût, et bafoué l’Ordre Céleste. Au nom de Hantei et de l’Empire, la clémence ne serait qu’aveu de faiblesse et il n’est pas pour autant question de faire de Rauque un simple bouc émissaire. Ce sont deux conceptions de l’ordre et de la justice qui s’opposent.

Malgré la perte de Ryoko Owari, l’effondrement du pouvoir impérial, l’impunité d’Insaisissable, un Oni et un Shugenja hostiles en liberté en ville, la discussion s’enflamme. Si Kame et Tekkan s’accordent sur le fait qu’Ide Baranato devra se soumettre à la justice de Hantei, que Roc soit exécuté ou non, Moto Tetsukhan et Kuni Doko s’écharpent verbalement. Insulté par les mots tranchants de Doko qui questionne sa valeur de bushi en réponse aux arguments moraux que le guerrier de la Licorne invoque pour épargner Roc, Tetsukhan frappe le Crabe de sa lame. Les Magistrats d’Emeraude, voix de l’Empereur et garants de l’Ordre Céleste font couler leur propre sang.

Nul doute que les  efforts d’Insaisissable se voient en cette triste aube couronnés de succès.